Danièle Dekeyser

UDA - 186 Danièle Dekeyser

Nouvelle monographie

Née en 1944, Danièle Dekeyser mène, avant de devenir le sculpteur que l’on connaît, une carrière de quinze ans dans le domaine publicitaire. Ce n’est qu’au tournant des années 1980 que, mue par l’envie de se donner corps et âme à son vieux rêve artistique, elle décide de suivre les enseignements de plusieurs ateliers d’arts graphiques et plastiques. Là, elle acquiert en peu de temps le savoir-faire technique indispensable à satisfaire son perfectionnisme naturel, mais plus important, la certitude d’avoir trouvé la voie d’une vie. Elle y développe rapidement les éléments destinés à faire son succès. D’abord un sens de la conception supporté par ses talents de dessinatrice, dont on peut encore voir de beaux exemples dans ses fusains, mines de plomb et sanguines. Ensuite la découverte, comme une évidence profonde, de la sculpture comme son moyen majeur d’expression, la menant vite à la reconnaissance publique, critique et institutionnelle. Entre autres prix et récompenses obtenues au cours de ses expositions, notons la Médaille du Président de la République obtenue au Salon interministériel 1995, le Grand prix AndreiGraec 2002, décerné par la Fondation Taylor et consacrant l’excellence sculpturale de « l’École française traditionnelle », ainsi que les Médailles d’or des salons Violet 2004 et de la Société des artistes français 2006. Aujourd’hui véritable monstre sacré plébiscité par les Salons dont elle est une ambassadrice de prestige, Danièle Dekeyser occupe une place tout à fait particulière dans le panorama des arts figuratifs contemporains. Arrivé à un rare degré de perfectionnement, son œuvre exerce une fascination chez ses observateurs, qui n’en finissent pas de disserter sur l’aisance avec laquelle elle parvient à capter le pur relâchement qui caractérise tout corps vivant et qui ne se dévoile que dans les interstices de la volonté qui le meut. Ou encore sur la facilité avec laquelle elle semble faire jaillir ce sentiment de relâchement de la matière elle-même, et non pas le lui imposer de l’extérieur. Sensualité, naturel, quiétude, volupté… autant de mots qui ne font qu’approcher le phénomène sans pouvoir le décrire. Sa monographie nouvellement éditée est un objet indispensable pour tout amateur désireux d’en saisir et conserver l’essence.