Andrée de Frémont

UDA - 186 Andrée de Frémont

Les chemins de l'imaginaire

Née à Paris, Andrée de Frémont a obtenu un diplôme d'études supérieures d'arts graphiques et plastiques puis devient l'élève de l'Atelier d'art monumental Jacques Brachet où elle s'initie aux techniques difficiles de la tapisserie, de la mosaïque et de la fresque. Elle recevra d'ailleurs des commandes de plusieurs municipalités notamment pour des fresques ou des mosaïques prenant place dans des monuments, des bâtiments administratifs et des collèges. Très rapidement elle s'intègre aux différents salons nationaux où elle ne tarde pas à être remarquée par plusieurs galeries qui l'exposent à leurs cimaises pour leurs collectionneurs, et ainsi au fil du temps, elle entre dans plusieurs collections privées et publiques en France, bien sûr, mais aussi en Europe, - Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Finlande, Suède, Suisse -, et aux États-Unis d'Amérique, - principalement en Californie et à New York -, aux Émirats Arabes, au Koweit et au Japon. De nombreuses œuvres d'Andrée de Frémont ont été « traduites » en tapisseries par la manufacture d'Aubusson, chez Robert Four, et sont très appréciées par tous ceux qui voient l'art comme quelque chose de pluridisciplinaire. En effet, les œuvres d'Andrée de Frémont supportent très bien l'agrandissement et l'adaptation, quels qu'ils soient. Elle aime mettre en scène, architecturer, organiser les couleurs et s'en servir comme un langage afin d'exprimer ce qu'elle ressent en face d'un motif ou d'une composition. Sa force créatrice ? Oser ce qui semble impossible, se mettre en danger, interpeller le regardant et surtout suivre ses chemins de l'imaginaire. Et quand on lui demande ce qui déclenche chez elle l'envie soudaine de peindre tel sujet plutôt qu'un autre, elle répond: « Certains sujets mûrissent lentement dans les méandres de la mémoire ou l'inconscient, puis tout à coup s'imposent. Il est alors temps de les transposer sur le support, toile ou papier pour les donner à voir lors d'expositions. Car pour qu'un tableau vive vraiment, le regard de l'autre est essentiel ». Lorsqu'on lui parle des voyages qu'elle pratique le plus souvent possible, elle les appelle plutôt ses déambulations poétiques, rêveuses et analytiques, la menant le long des chemins de l'imaginaire qu'elle sait si bien emprunter. C'est lors de ces moments privilégiés qu'elle réalise de très nombreux croquis qui deviennent selon son expression un répertoire d'idées qui seront exploitées à son retour dans l'atelier. Dans ses paysages réalisés, on se rend compte de la curiosité de l'artiste d'aller audelà de ce qu'elle voit, et ainsi d'ajouter ce qu'elle pressent, ce qu'elle devine. Ce qui est certain c'est l'enthousiasme dont Andrée de Frémont fait preuve, un enthousiasme communicatif, qui se vérifie par la fraîcheur manifestée dans ses peintures, par l'usage de couleurs fortes et une utilisation optimale de l'espace permettant à ses premiers plans d'orchestrer l'ensemble. Andrée de Frémont a reçu de nombreux prix et distinctions pour la qualité et l'efficacité de son travail, et à chacune de ses expositions innove et surprend ses collectionneurs fidèles.