Bellou Jaillet

Bellou Jaillet - L’Automne en mayenne
L’Automne en mayenne

La peinture au naturel

Bellou Jaillet est l’un des meilleurs aquarellistes de sa génération, héraut d’un paysagisme traditionnel aux accents contemplatifs.

Pous ses difficultés indéniables et la riqgueur qu'elle impose à ses praticiens, l'Aquarelle a souvent été observée avec défiance par la grande histoire des arts. Régulièrement reléguée au rang d’art illustratif voire, et c’est bien dommage, récréatif, elle n’a pourtant jamais cessé d’occuper une place à part dans le diaporama des techniques picturales et de séduire de nouveaux défenseurs à chaque génération de peintres, sachant rappeler à l’occasion la dimension quasi-magique que la belle aquarelle – celle des maîtres – peut revêtir.

Bellou Jaillet est l'un des représentants les plus efficaces de l'aquarelle contemporaine. Ses paysages sont particulièrement appréciés des collectionneurs soucieux de retrouver sur la toile quelque chose d’atemporel et, surtout, préservé de toute possibilité de tricherie. Evoquant avec émotion son amour pour la nature et l’évidence qu’il lui fallait la peindre, il raconte : « Très jeune, je me souviens être resté pétrifié lors d'une visite au Louvre devant le chef-d'œuvre de Jean-Baptiste Corot, Souvenir de Mortefontaine, en raison de la beauté de la composition et de la richesse des glacis, caractérisant cette ambiance presque irréelle. Dès lors, Corot fut mon maître. »

Dans l’aquarelle dont il fait sa spécialité, Bellou Jaillet trouve de quoi affirmer ses plus grandes préoccupations de lieu, le caractère irréprochable que doit assumer la composition sur la toile, et plus en amont, l’indispensable rigueur imposée par la constitution de la palette lorsque l’on s’attaque à l’aquarelle, cette dernière refusant catégoriquement l’erreur en ce domaine. La dimension irrévocable qu’annonce déjà l’aquarelle à peine ébauchée garantit ainsi à l’artiste de ne jamais errer et de traiter ses sujets naturels avec la plus grande honnêteté, loin des artifices qui peuvent plus facilement s’immiscer dans les autres modes de peinture. Son oeuvre peint est ainsi toujours égal à lui-même.

Regardant en arrière le chemin parcouru depuis cette visite au Louvre et la reconnaissance obtenue grâce à son talent dans un domaine pictural trop souvent considéré comme secondaire, il cite Albert Einstein : « Ne cherchez pas à devenir un homme à succès, mais plutôt un homme de valeur. »