Roland Lefranc

Roland Lefranc, Jardin des Tuileries, 46 x 33 cm
Roland Lefranc, Jardin des Tuileries, 46 x 33 cm

et Joë Fougères

Retrouver le peintre Roland Lefranc est un grand plaisir, car on peut dire qu'il a marqué son époque par la qualité de son travail et par les thèmes qu'il a su si bien transcrire sur la toile ou le papier. Toutes les personnes qu'il a côtoyées ne peuvent l'oublier tant sa personnalité et sa présence ne pouvaient nous laisser indifférent. On peut dire, avec certitude, qu'il fait partie de ces peintres qui nous manquent aujourd'hui.

Les oeuvres de Roland Lefranc évoquent la terre et la mer avec authenticité et détermination : il peint souvent sur le motif, fasciné par tel ou tel paysage, par une situation particulière, par tout ce qu'il aimait de sa terre natale et par tous les souvenirs visuels qu'il rapportait de ses voyages. Pour lui, rien n'était anodin et la plus petite anecdote était transformée en oeuvre maîtresse. Endehors des modes, Roland Lefranc, dans son oeuvre, ne fait pas de compromissions, ne cherche pas à plaire par des « trucs » artificiels, ni à s'imposer par l'esbroufe. Il s'attache plutôt à ce que l'on appelait jadis « le beau métier », c'est-à-dire l'art de peindre selon les règles apprises aux Beaux-Arts, sans en être esclave, afin d'acquérir une réelle personnalité. Le point d'orgue de sa recherche picturale est son extrême sensibilité face au sujet entrevu et sa volonté de nous faire partager son émotion et son bonheur de peindre. La peinture de Roland Lefranc, composée et architecturée avec force, est dynamisée par sa palette aux couleurs chaudes, son habileté à jouer avec les valeurs, sa façon de travailler en pleine pâte en intégrant avec une simplicité efficace des personnages dans ses compositions. Habitant en Normandie, au bord de la mer, une grande partie de sa production tourne autour de cet élément qu'il affectionnait viscéralement et des marins, qu'ils soient à terre ou sur des bâtiments ; et avec son physique de marin au long cours, il est donc normal que quelques années avant sa disparition, il ait été nommé Peintre officiel de la Marine. Je me souviens qu'il avait participé avec d'autres Peintres officiels à une mission à Noirmoutiers d'où il avait rapporté dessins, croquis et aquarelles, d'une belle humanité, qui lui avaient servi pour réaliser des toiles de grand format de retour dans son atelier. Comme l'a écrit le critique d'art P. Bosson : «... il traite ses sujets avec la hardiesse du marin auquel il rêvait quand il était enfant, les brosse en force, sans fioriture, avec un art consommé... ». A la fois réaliste et poète, Roland Lefranc « écrit » ses tableaux en se servant de traits, volumes et couleurs à la place de mots. Le message qu'il cherche à nous transmettre est avant tout un message d'harmonie et de sérénité mettant en lumière les occupations humaines qu'il sait sublimer. Comme l'a écrit André Flament, le président du célèbre Salon des Peintres Témoins de leur Temps: « Roland Lefranc sait regarder la réalité des hommes et des choses et nous la transmettre non seulement comme un peintre, mais aussi comme un mage et comme un poète ». Joë Fougères présente des points communs avec Roland Lefranc quant à la force qui organise sa peinture. En effet, on sent dans son travail, quelque soit le thème choisi, ce désir de traduire les éléments les plus sensibles de la vie qu'elle prend comme modèle. Et si son approche picturale est avant tout tournée vers la lumière et ses développements, Joë Fougères s'attache à transcrire des visions qui peuvent apparaître au « regardant » comme un chemin allant vers la révélation d'une vérité. Pour elle, tout est prétexte à exprimer une émotion communicative nous aidant à nous situer dans un monde mouvant, aux confins d'une imagination révélatrice. Pour ce peintre au tempérament de feu, la peinture est avant tout une façon de mettre en relief ce que seuls les yeux d'une artiste peuvent saisir et interpréter : la beauté des choses les plus simples de notre quotidien que nous sommes trop habitués à regarder sans les voir vraiment. Pour expliquer cette exposition il faut savoir que Roland Lefranc et Joë Fougères se sont rencontrés à l'Ecole des Beaux-Arts de Caen en 1961 et que de leur union naquirent trois enfants, Valérie, Caroline et Christophe. Et si leurs chemins se séparèrent, ils continuèrent chacun de belles carrières de peintres, Joë Fougères suivant toujours aujourd'hui sa démarche picturale à travers des expositions personnelles et sa participation à Art en Capital, chaque année sous la verrière du Grand Palais. Ce sont les enfants de Roland et de Joë qui ont désiré les réunir dans une même exposition pour nous montrer leur volonté de peindre, entre autre, la présence des êtres et des choses issus de leur terroir normand. Merci au Sénat de les accueillir.