Patricia MAÏOCCO

UDA - 182 Patricia MAÏOCCO

Une oeuvre de silence

Silence et beauté se dégagent de l’oeuvre de ce peintre qui semble inviter le spectateur à une certaine indiscrétion. On découvre en effet des jeunes femmes dans leur solitude ou leur intimité. Sont-elles complices ? Elles semblent parfois surprises. Avec un souci sans excès du détail de l’architecture intérieure, Patricia Maïocco brosse des personnages dans le calme de salons cossus entre ombre et lumière, étendus sur un canapé, tout à leur rêve dans une atmosphère de clair-obscur en camaïeu de bruns et une fine matière. Le thème de la fenêtre et sa transparence est souvent présent. A travers les vitres, sous la lumière du jour, apparaît Emma parmi les fleurs tandis que des frondaisons printanières servent de fond à la composition. Une autre jeune fille est saisie dans l’embrasure d’une porte tandis qu’elle se coiffe. Autant de moments quotidiens intimes représentés par l’artiste avec sensibilité. Dans cette oeuvre contemporaine qui n’a pas oublié les leçons des anciens, il y a comme un jeu de présence et d’absence ; chaque personnage est porteur de son mystère, de sa solitude aussi. Le paysage est une autre facette de la création de Patricia Maïocco ; elle le recrée désert et, selon sa vérité, avec des ciels vert ou jaune se reflétant dans l’eau ou auréolant la montagne. La solitude est ici également présente dans cet art discret qui traduit une vision personnelle. Cette artiste a obtenu le Prix Univers des Arts au salon de Châtillon en 2014.