Laurent Navarre

UDA - 186 Laurent Navarre

Capax infiniti

Médaillé d’or du salon de la Société des artistes français 2015, Laurent Navarre compte désormais parmi les happy few ayant reçu la plus haute distinction décernée par le plus emblématique des salons parisiens. Épaulé de la légitimité de l’Histoire, il fait partie de ceux entre les mains desquels réside l’accomplissement de la peinture contemporaine.

Au sein de la génération émergente qui a vu son art accéder à sa plénitude au passage de la décennie 2010, Laurent Navarre est sans aucun doute l’artiste le plus fascinant. D’une personnalité discrète, issu de la formation classique dispensée par l’École des Beaux-arts de Versailles, il est un artiste complet doté d’une vision globale de l’Art dont il comprend – peut-être mieux que quiconque aujourd’hui – les enjeux modernes et de toujours, la noblesse et les fragilités. Articulée autour du genre du portrait, sa peinture est construite comme un ensemble ouvert intégrant des chaînes de références complexes que se partagent l’histoire de l’art et à sa mémoire d’homme. Sur la toile, les deux en arrivent à se confondre comme si l’histoire de l’humanité et le vécu de l’individu-créateur ne faisaient qu’un, quelque part dans un plan de réalité généré par l’imagination, l’inconscient ou une forme d’éveil au Vrai. Les citations latines, le jeu des images issues de la culture artistique mondiale, les fulgurances géniales et libres, tout ceci se juxtapose et s’entremêle sur un plan unique de représentation, un seul instant du regard qui pourtant possède en soi tous les plans, tous les temps, tous les possibles. Certainement le talent pur le plus fantastique des deux dernières décennies, Laurent Navarre est un dessinateur de nus et un constructeur d’images horspair. Signe de la puissance de sa vision : il est l’un des seuls peintres qui, à l’heure actuelle, manient le non finito avec la justesse des créateurs qui savent précisément quand et où laisser à leur spectateur un espace qui lui est propre ; celui des questions, des incertitudes, des rêves et des fantasmes. Songez qu’il existe deux types d’artistes. Ceux qui forcent le public à pénétrer leur œuvre comme un univers clos aux limites établies et indépassables, et ceux qui offrent le choix d’aller et venir dans l’éternité de leur création. Laurent Navarre fait partie de la seconde catégorie. A la manière de l’Homme qui se tient sur le fil de ses souvenirs et de son destin, il sait que l’Art, comme l’amour, se fait à deux. Et que de la même manière qu’un esprit seul peut contenir tout l’univers, un ouvrage solitaire est capable d’accueillir l’infini ; c’est le chef-d’œuvre.