Château de Vascœuil

UDA - 184 Château de Vascœuil

Judikahel, Peintre

ntre art baroque, primitif, singulier la création de Judikahel est empreinte d’une force expressive immédiate et nous entraîne dans un univers haut en couleurs. Qui sont ces personnages insolites qui, de toile en toile, semblent nous narguer ou vouloir nous entraîner dans leur «folie». Appartiennent-ils au rêve de l’artiste ou sont-ils issus de l’inconscient, images provocantes et qui attirent. Peints en couleurs vives, en une matière souvent nourrie, ils révèlent combien l’artiste s’affranchit allègrement d’une réalité terne dans une transgression culturelle voulue. Judikahel propose une remise en question de la représentation du réel dans des œuvres vivantes, parfois aux frontières de l’étrange. Il aime une gamme chromatique fortement colorée, hardie qui rutile sous la lumière, embrase la toile, l’espace presque saturé, lui communique la vie. Un fin tracé blanc souligne souvent la forme. Peinture spontanée à travers laquelle il fait revivre peut-être quelques souvenirs d’enfance : le cirque, les marins avec une liberté non dénuée d’émotion. Cet artiste a toujours été attiré par l’art et la littérature. Ludiques, ses compositions interrogent, bousculent un peu nos codes et nous font voyager. Nous partageons les délires du peintre dans son œuvre fantasmagorique d’une réelle richesse.



Marc Touret, Sculpteur

L a première impression devant ces sculptures, c’est la beauté, une force de la matière animée devenue œuvre d’art. Chez Marc Touret, chaque œuvre crée son propre imaginaire. L’être humain est au cœur de cette création. Voilà un artiste qui conjugue une maîtrise du travail et l’insolite car, en effet, la singularité caractérise cette sculpture organique dans laquelle la mythologie rejoint l’imaginaire. Des groupes humains dont l’artiste modèle patiemment les volumes le plus souvent épurés, stylisés agissent comme des métaphores de la vie. Ils stimulent la réflexion sur le temps qui passe, les questions sur l’existence en général allégées par un humour sous-jacent. Chaque sculpture apparaît comme un petit théâtre dans lequel fiction et réalité se rejoignent. «Chronophages», «La Grande Ourse» autant de thèmes qui offrent des instants de poésie. Marc Touret anime parfois la matière de tracés incisifs, agence les plaques de bronze patiné en une alchimie personnelle qui simplifie la forme, la réinvente aussi pour lui conférer plus de force. De l’humour «Le Hamac» révélateur d’une invention plastique à la poétique «Colombe» où deux hommes semblent attendre paix et sérénité de cet oiseau ou encore l’image inventive et raffinée de «La Sirène» témoignent de l’originalité de cette création.

Marc Touret - La Colombe - 2010, Ht 58 cm

[Télécharger l'article]