Numéro 175 - JUILLET/AOUT/SEPT. 2014

street

Edito

 

Critiquer l’Art.

 

Juger la qualité d’une œuvre d’art est une activité étrange. Lorsqu’elle est bien faite, elle devrait s’apparenter à un acte de foi. Mais dans le flou du monde des arts que nous connaissons, dans sa variété souvent indéchiffrable et ses élans financiers hermétiques au regard du plus grand nombre, la foi ne semble pas avoir sa place. L’a-t-elle seulement déjà eue ?

 

L’expertise artistique n’a jamais fait l’objet d’un consensus, même aux temps de la gloire des institutions officielles qui fi rent la fi erté des royautés européennes. Il y eut toujours des contestations pour remettre en question la pertinence du jugement. Les plus fortes pointes d’hostilités ont par ailleurs souvent fi nies leurs jours en aveux d’incompréhension. Mais ces rapports de force que l’on pourrait juger inutiles ou dommageables ont aussi été à l’origine des évolutions artistiques les plus marquantes. Qu’est-ce que l’Art si ce n’est une proposition soumise à un regard, même vain, sur la critique duquel il est appelé à s’affirmer ou se transformer ?

 

L’Art n’a pas besoin d’être critiqué et discuté. Simplement d’être vu et entendu. Mais son Histoire se fait chaque jour parce qu’il est objet de critique et de discussion. Sinon il serait vain.