Pierre Palué

=
Arcachon le soir, 1979

Les 15 ans du Musée

la guerre de 1914 et avait inspiré au critique André Warnod le terme d’Ecole de Paris. Dans les années cinquante, il est repris par une critique offensive, consciente du cosmopolitisme fécond qui anime la capitale, foyer d’une création universelle qu’elle identifie. Figuratifs et abstraits donnent naissance à une Nouvelle Ecole de Paris. L’appellation vaut comme identité d’un chapitre emblématique aujourd’hui entré dans l’histoire de la peinture du XXe siècle.

Lydia Harambourg,

Historienne et Critique d’art - Membre correspondante de l’Institut Académique Auteure du Dictionnaire des Peintres de l’Ecole de Paris 1945-1965 Ides et Calendes 1993 - Réédition 2010


Cette année 2015 est celle de mon père, Pierre Palué, disparu il y a dix ans, mais encore très présent en moi et dans le musée qui porte son nom, avec une sélection de ses oeuvres prêtées par des collectionneurs et des musées de toute la France. Alors que j’accroche ses tableaux, ses aquarelles et ses dessins, je ne peux m’empêcher de me sentir triste, car je me rappelle l’époque où nous travaillions à créer ce musée avec une partie de la collection personnelle qu’il me prêtait et celles de nombreux artistes de la Nouvelle Ecole de Paris qui ont contribué à doter ce musée. Mais, il me reste surtout la joie de poursuivre en remerciement de tout ce qu’il m’a appris. Mon père peignait, dessinait des personnages, des paysages, des objets et des bateaux avec son talent. Il pensait, parlait et retransmettait avec son crayon et ses pinceaux ce qui l’entourait journellement. Sans avoir pu choisir, il me reste de lui des oeuvres enchanteresses et saisissantes. Cette année tu es le seul Maître et je suis encore là pour te présenter et te faire aimer. Mon seul souhait est que tu restes connu et toujours apprécié à la hauteur de ton art. Cette exposition est d’abord un hommage, et l’occasion de découvrir d’autres oeuvres. Certains de ces tableaux étaient parfois dans les réserves des collections muséales. Il a fallu beaucoup s’affairer pour qu’ils puissent être présentés à Tain l’Hermitage dans ce musée que nous avons créé ensemble. C’est peut-être là une aventure rarement entreprise par des enfants d’artistes. Moi, je l’ai accompli pour toi et j’en éprouve la plus grande des joies.