Le Safadore

Alain BAZARD, Les Ménines du Roi Louis 1er de Bavière, triptyque, 440 x 180 cm
Le Safadore

Le 10ème Salon de l’Art Fantastique du Mont-Dore

En dix ans, le salon de l’Art fantastique européen du Mont-Dore a réuni dans le cadre magique des Thermes historiques une bonne centaine de peintres originaires de toute l’Europe. Toutes les grosses pointures de la mouvance fantastique sont passées dans l’accueillante ambiance hivernale auvergnate pour exposer leur travail créatif dans le cadre de l’événement valorisant, proposé par la Ville du Mont-Dore avec le concours des «Héritiers de Dali». En dix ans, le mouvement rénovateur fondé en 2004 par Roger Erasmy a présenté 25 expositions internationales en Auvergne et dans les grandes capitales européennes : Bruxelles, Munich, Ratisbonne, Vienne, Barcelone et Paris. L’affluence du grand public (dont 7.000 visiteurs par an en Auvergne) a permis de constater le fabuleux enthousiasme suscité par l’Art de l’imaginaire.

 

En fait, cet immense succès populaire n’a rien changé aux réalités de «l’art contemporain», toujours dominé par le marché mercantile de la modernité sans véritable contenu culturel. Les grands événements culturels de l’année 2014 furent l’inauguration du Musée Soulages à Rodez et l’ouverture de la Fondation Louis Vuitton à Paris, surmédiatisés. La consécration ofÄ cielle de l’Outrenoir et l’installation de l’iceberg de verre pharaonique au Bois de Boulogne ne constituent pas une avancée... capitale pour la créativité nationale.

Depuis l’origine, la stratégie conquérante des «Héritiers de Dali» était conçue comme réaction énergique contre les dérives du soi-disant «art contemporain». A noter que l’année 2014 a été marquée par une initiative virulente, qui trouvera son accomplissement en 2015. Quatre peintres connus de l’univers fantastique : Michel Barthélemy, Alain Bazard, Jean-Jacques Chabeaudie et Christian Lepère se sont réunis en juillet 2014 au Mont-Dore à la demande de votre serviteur, l’écrivain dalinien Roger Erasmy pour se concerter autour de la conception d’un nouveau style du XXIe siècle. Le résultat de ce conciliabule estival s’appelle «la Charte FABER 21» (pour FAntastic BEauty Regeneration). Il s’agit de la déÄ nition des règles d’or d’un nouvel Art postcontemporain ! En bref, le projet est structuré autour de trois points essentiels : redonner un sens aux arts plastiques, retourner vers ce qui est profond et permanent en l’homme, et remettre en valeur la beauté plastique du monde, des objets, de la nature et de l’être humain.
L’éclosion de ce nouvel Art a fait l’objet d’un Ä lm, enregistré par le réalisateur parisien David Lebrun (IMAGEOS). La vidéo sera projetée lors du vernissage du salon SAFADORE avant la signature de la Charte Faber. Le plan de mise en application effective du projet rénovateur débutera le 11 mai 2015 à Paris.